lundi 1 mai 2017

L'armée française a tué ou capturé une vingtaine de jihadistes au Mali

Barkhane

La force française Barkhane a tué ou capturé une vingtaine de jihadistes ce week-end des 29 et 30 avril au sud-ouest de Gao (Mali) près de la frontière avec le Burkina Faso. "Depuis samedi 29 avril, la force Barkhane est engagée dans une opération qui a permis de neutraliser près d'une vingtaine de terroristes dans la forêt de Foulsaré à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, au sud-ouest de Gao", a annoncé dimanche 30 avril l'état-major dans un communiqué. Les jihadistes en question ont été tués ou capturés, d'autres sont parvenus à s'enfuir, selon les informations apportées par le colonel Patrik Steiger, qui n'a pas donné davantage de précisions.

L'opération, qui avait pour but de "démanteler un réseau et donc pouvoir le détruire", a été rendue possible par "des renseignements qui avaient été obtenus après l'opération précédente", précise Patrick Steiger, joint par la rédaction de RTL. Elle a visé "des jihadistes qui avaient été observés, identifiés, à la frontière entre le Burkina Faso et le Mali, côté malien".

Une partie des jihadistes s'est enfuie

"Il y a d'abord eu un passage avec des avions de chasse de façon à détruire la partie logistique, puis des hélicoptères qui sont venus déposer des commandos de chez nous - commandos de montagne, de parachutistes, pour détruire ce qui pouvait l'être parce que tout ce qui est preuves, indices, nous intéresse au titre du renseignement", explique le colonel Steiger. Les commandos déployés sur places ont ensuite "engagé le combat contre ceux qui étaient au sol. Il y avait face à ces commandos une vingtaine de jihadistes. Une partie a été tuée, une partie a été capturée, une partie s'est enfuie", précise-t-il.

Par Clémence Bauduin le 30/04/2017

RTL