mercredi 10 mai 2017

"Le départ de Marion Maréchal-Le Pen, adieu ou au revoir ?"

Marion 032017

Guillaume Bernard analyse les conséquences politiques et idéologiques au sein du Front National du retrait de Marion Maréchal-Le Pen

Figarovox.- Marion Maréchal-Le Pen a annoncé son retrait de la vie politique. Que vous inspire cette décision?

Guillaume Bernard.- Ce choix va naturellement être interprété, en particulier par les cadres et militants du FN, de deux manières différentes: soit comme une désertion, soit comme une preuve de simplicité voire de courage. Et ces deux approches peuvent être partagées et propagées tant par ceux qui l'apprécient que par ceux qui ne la goûtent guère. En fait, il ne faut sans doute pas surinterpréter ce geste qui est, semble-t-il, principalement dû à des raisons personnelles (son premier devoir d'état est d'élever son enfant) et peut-être, familiales (c'est là que les questions privées rejoignent la politique): ne pas entrer en conflit avec sa tante pour, d'une part, ne pas engager une autre guerre familiale et, d'autre part, ne pas être à l'origine d'une division au sein du FN. Car, dans les analyses politiques, Marion Maréchal est couramment opposée à Florian Philippot. Or, la ligne de ce dernier est en fait la «ligne mariniste», effectivement nourrie par lui. Mais celui-ci n'a d'influence que sous l'autorité et par la permission de Marine Le Pen. Dans ces conditions, Marion Maréchal doit préférer s'éclipser.

Est-ce la conséquence d'un relatif échec du FN malgré la qualification de Marine Le Pen au second tour? Marion Maréchal-Le Pen a-t-elle tiré les leçons du scrutin?

Il est fort possible que, n'ayant sans doute pas approuvé la stratégie de campagne de sa tante, tout en lui restant loyale, et n'ayant pas réussi à l'infléchir, elle veuille aussi signifier au grand jour par son retrait, son désaccord, et indirectement désigner les responsables de la contre-performance du FN à la présidentielle. Il y a probablement dans sa décision la combinaison d'une forme d'espoir dans la capacité de la France à persister dans son être autrement qu'avec le seul secours de la politique politicienne et une part de déception vis-à-vis de son propre parti (d'où son désir de se désolidariser de ceux qui, actuellement, décident de son discours).

Quelle ligne Marion Le Pen incarnait-elle?

Les divergences de Marion Maréchal d'avec sa tante relèvent de deux domaines convergents: d'une part, l'idéologie, d'autre part, la stratégie. Sur le premier point, elle s'assume de droite, ce qui la conduit à rejeter l'évolution «jacobine» du néo-FN. Conséquemment, sur le second point, elle considère que le FN doit rechercher des convergences avec les électeurs et des élus de droite modérée (sur notamment une forme de conservatisme sociétal) et non espérer capter l'électorat idéologiquement ancré à gauche (ce qui rendrait son discours incohérent). Autrement dit, elle pense que les événements donnent raison au FN (en particulier sur les thèmes de l'immigration et de l'insécurité) et que ce dernier n'a donc pas à changer son logiciel: si des électeurs venus de la gauche l'ont rejoint, c'est parce qu'ils se sont convertis à ses idées ; infléchir son discours fait en revanche fuir les électeurs de droite vers le centre libéral.

Son départ peut-il conduire à l'éclatement du FN?

Cela va, très vraisemblablement, raviver les tensions internes car il est certain que parmi les militants et sympathisants la «ligne» de Marion Maréchal est majoritaire tandis qu'elle est sous-représentée à la direction du parti. Mais une scission avant les législatives est très peu probable. Toutefois, si le résultat de ces élections devait être, à nouveau, en demi-teinte, il est possible que les remous soient plus violents, notamment à l'occasion du prochain congrès qui doit se réunir à l'automne. Tout dépendra de la capacité de Marine Le Pen d'accepter la critique. Si elle devait rester sourde aux arguments et ne pas modifier sa stratégie, il n'est pas impossible que des cadres et des militants décident de la quitter. À moins que ce soit tout simplement l'actuelle direction du parti qui soit mise en minorité. Le retrait anticipé de Marion Maréchal pourrait alors permettre à Marine Le Pen de sauver sa tête en sacrifiant aux militants ceux qui seraient accusés de l'avoir fait errer. Il ne s'agit là que d'un scénario possible. En tout cas, le départ de Marion Maréchal est un coup de semonce: soit le néo-FN se réforme, soit Marine Le Pen prend le risque de voir une partie des forces vives de son parti se révolter, y compris contre elle.

Quelles vont être les conséquences aux législatives pour le FN?

Le départ de Marion Maréchal fait évidemment perdre au FN une partie de son attrait. Il est donc possible que cela provoque une hémorragie d'une partie des électeurs qui ne votent pour ce parti que faute mieux, et notamment parce que Marion Maréchal apparaissait comme la garante d'un certain nombre de valeurs «traditionnelles». Il faut cependant être prudent, car pour qu'un tel phénomène se produise, encore faut-il qu'un parti suffisamment satisfaisant puisse accueillir ces électeurs. L'écartèlement de LR entre libéralisme et conservatisme, entre ralliement à Emmanuel Macron et volonté de cohabitation avec lui, ne donne pas à ce dernier une assurance de crédibilité.

S'agit-il selon vous d'un départ définitif de la vie politique? Peut-elle peser davantage de l'extérieur?

Il y a fort à parier que le retrait de Marion Maréchal ne soit que temporaire. Ce n'est sans doute pas un «adieu» mais seulement un «au revoir». Cela peut paraître à première vue paradoxal, mais son départ pourrait favoriser le renforcement de son positionnement politique. D'une part, Marine Le Pen, poussée voire contrainte à l'autocritique, pourrait accepter la mise en lumière de personnes représentant la sensibilité de Marion Maréchal pour contrebalancer l'influence du «clan» Philippot et éviter la division du parti. D'autre part, si, à l'inverse, le néo-FN se refusait à infléchir son discours, le départ de Marion Maréchal libère un espace politique: n'étant plus occupé par une personnalité du FN, il pourrait être incarné par d'autres venus tant de ce parti (et l'ayant quitté) que d'autres organisations et qui pourraient décider d'unir leurs forces. Que ce soit en interne ou en externe, le retrait de Marion Maréchal pourrait favoriser l'émergence (en remplacement de ce que la «droite hors les murs» n'a pas réussi à s'imposer) de ce que je propose d'appeler la droite «alternative» (dont les quatre pivots idéologiques sont l'identitarisme, le souverainisme, le subsidiarisme et le conservatisme).

Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES). Dernier ouvrage paru: La guerre à droite aura bien lieu, Le mouvement dextrogyre, Paris, DDB, 2016.

Par Alexandre Devecchio le 10/05/2017

Le Figaro