mercredi 3 mai 2017

Le Grand Soir

Débat second tour 2017

Il faudrait des heures pour dénoncer l’accumulation quotidienne, prenant la forme d’une avalanche depuis le second tour, des prédictions apocalyptiques, des mensonges, des approximations spécieuses, des diffamations, des exégèses délirantes, foireuses, que ce soit sur l’histoire du FN, la présentation de ses vœux, de ses valeurs, de son programme, du projet présidentiel de Marine Le Pen… Un psittacisme haineux repris, colportés avec un grégarisme, une absence de recul qui en dit long sur le conditionnement proprement totalitaire auquel sont soumis les Français;  mais aussi sur l’ inquiétante tournure d’esprit de ceux, médias ou idiots utiles, qui prétendent combattre le fascisme (???)  avec de tels procédés…

Cela ne doit rien au hasard mais tout à l’enrobage subliminal constate Bruno Gollnisch, il n’aura échappé non plus à personne qu’Emmanuel Macron est désormais désigné comme étant le candidat centriste par les médias. Quant aux visuels utilisés par les chaînes de télévision ils sont tout aussi révélateurs. Les initiales du parti  En Marche! apparaissent dans un bloc d’une douce couleur violette là où la couleur noire, associée à la mort, au deuil, au déclin, aux heures les plus sombres est attribuée au FN et à Marine Le Pen

Tout, même le fait le plus anecdotique ou le plus anodin, est soumis à une grille de lecture partiale. Parfois aussi, les contempteurs du FN tombent dans le panneau. Ce fut le cas avec l’affaire (sic)  de la reprise par Marine lors de son discours du 1er mai à Villepinte, d’un court passage, célébrant la singularité géographique de la France, d’une allocution de François Fillon prononcée mi avril au Puy-en-Velay sur la vocation universelle de la France.

Un plagiat dénoncé dans les médias, mais un plagiat bien évidemment assumé comme tel, comme un «clin d’œil », qui a été savouré par l’auteur du discours de l’ex candidat de LR, à savoir le souverainiste Paul-Marie Coûteaux. Dans le JDD cet «ancien député européen, féru d’histoire de France, assure qu’il n’a pas eu de contacts avec l’équipe de Marine Le Pen pour ce discours. Pour autant, il se réjouit de cet emprunt. Je soutiens Marine Le Pen et il n’est pas mauvais que les deux candidats s’expriment dans les mêmes termes, explique-t-il, rappelant son long combat pour un rapprochement de toutes les droites. Il est prometteur (et significatif) que (Marine Le Pen et François Fillon) s’exprimant sur la vocation universelle de la France le fassent dans les mêmes termes» a t-il écrit sut Twitter.

Bref un clin d’œil pertinent à cet électorat filloniste attaché lui aussi à une définition charnelle de notre patrie, aux valeurs traditionnelles, et qui est instinctivement très hostile à tout ce que représente la candidature de l’héritier de François Hollande. En ce sens la nomination par le bureau de LR dutrès antinational François Baroin, militant actif  dans son camp pour la victoire de M. Macron le 7 mai, comme chef de file de la campagne de la droite aux législatives,  incarne assez bien l’impasse dans laquelle se trouve ce parti. Comment l’édifice LR peut-il encore prétendre à la cohérence alors que les plus excités, les juppéistes, NKM, les centristes de l’UDI de Jean-Christophe Lagarde réclament la tête de tous ceux qui comme MM. Guaino, Poisson, Wauquiez, les dirigeants de Sens Commun etc, refusent de voter pour le champion de Pierre Bergé et de Christiane Taubira? Toute maison divisée contre elle -même périra…

Un électorat de droite qui une des clés de ce scrutin dont le résultat final le 7 mai sera certainement plus serré que veulent bien le croire tous ceux qui survendent aux Français le chouchou de la banque Rothschild, d‘Angela Mekel et de  la Commission européenne. Le sondage Elabe pour BFMTV et L’Express publié hier, que nous évoquions sur notre blogue,  enregistre la dynamique en faveur de Marine (41%, + 5 points) là ou Emmanuel Macron (59%) en perd cinq, mais aussi une fragmentation des choix des électeurs fillonistes du premier tour. 24% d’entre eux n’expriment pas leur intention de vote (+1 point), 46% (-3) choisissent M. Macron et 30% (+2) Marine Le Pen.

Du côté de Jean-Luc Mélenchon, la consultation à laquelle ont pris part 240 000 insoumis indique que seulement 34% d’entre voteront Macron, ce qui a déclenché la fureur de Pierre Laurent,  secrétaire national du PC, qui a appelé à voter pour le candidat du Medef dés le 23 avril au soir…  Une consultation très cadenassée par M. Mélenchon et ses amis, ne donnant pas la possibilité du vote Le Pen mais uniquement le choix entre le vote pour l’ex ministre de l’Economie, l’abstention ou le vote blanc. Le sondage Elabe apporte un éclairage très différent puisque les consignes antipatriotiques pour le second tour de l’Etat-major trotskyste de la France Insoumise ont été assez largement désavouées  par les électeurs mélenchonistes du premier tour. 33% de ces derniers seraient encore indécis (+2),  44% se résoudraient à glisser un bulletin Macron (-9 points) et prés d’un mélenchoniste sur quatre ( 23%, + 7 points!) voterait Marine Le Pen.

Autant dire que le débat de ce soir opposant la candidate national à celui de la finance et des lobbies mondialistes sera une  étape très importante, décisive peut-être,  de cette campagne. M. Macron est un homme intelligent, entouré d’une batterie de communicants,  de professionnels du marketing, et ce duel projet contre projet,  cette confrontation -qu’il redoute selon les bruits qui ont filtré- ne sera pas aussi facile pour Marine que le disent certains de nos amis. Notre candidate y est préparée, portée par les espoirs de millions de Français, de gauche, de droite, ou d’ailleurs,  qui n’acceptent pas la submersion, le déclin de la France, l’euthanasie européiste qui lui est promise comme un remède ultime à nos souffrances…

Un grand moment en perspective.

Le 03/05/2017

Bruno Gollnisch