lundi 8 mai 2017

L’opposition au mondialisme destructeur, c’est bien nous !

Macron Louvre 070517


C’est une très, très mauvaise nouvelle pour la France et les Français , un avenir lourd de menaces, de périls, qui s’ouvre pour notre pays, pour sa souveraineté fortement battue en brèche, son identité et sa prospérité déjà terriblement ébranlées. Le candidat adoubé par MM. Hollande et Fillon, la Commission européenne et l’Otan, le lobby immigrationniste et Bilderberg, la haute finance et les fonds de pension anglo-saxons, bref par l’ensemble de l’oligarchie mondialiste et de ses relais, a été élu hier huitième président de la cinquième république. Emmanuel Macron a recueilli 20 703 694 voix, soit 66,06% des suffrages exprimés contre 10 637 120 voix (33,94%) pour Marine Le Pen, trois millions de voix de plus qu’au premier tour. Le score de M. Macron, très confortablement élu en apparence, à bien y regarder, laisse éclater toute la fragilité du nouveau président.

Ainsi, dans cette configuration politique inédite qui a vu l’éclatement des partis qui structuraient depuis cinquante ans la vie politique française, Emmanuel  Macron a été désigné par une minorité de Français, par seulement 43% des inscrits. Plus de quatre millions de bulletins blancs et nuls ont été décomptés (un record). Un électeur sur quatre (25,3% des inscrits) s’est abstenu. Selon l’enquête Ipsos/Sopra Steria pour France 2, 24% des électeurs mélenchonistes du premier tour ont fait la grève du vote, ainsi que 34% des 18-24 ans et 35% des chômeurs.

D’après ce même sondage, 43% des électeurs qui ont déposé hier un bulletin Macron dans l’urne disent l’avoir fait non par adhésion à son programme (qui le connait vraiment?) mais par défaut. 33 % pour le renouvellement qu’il représente, 16% pour son programme et 8% pour sa personnalité. 61% des sondés indiquent aussi qu’ils ne souhaitent pas lui donner une majorité absolue à l’Assemblée nationale -seuls 15% le souhaitent tout à fait, 24% plutôt.

C’est sur cette base très étroite et instable, qu’Emmanuel Macron entend, dit-il, réformer la France, comprendre l’engager plus avant dans la voie du fédéralisme bruxellois,  de la soumission accrue  à la feuille de route de la Commission européenne. Le tout dans le climat social, économique de la grande violence que chacun constate, pour ne rien dire de la situation géopolitique très inquiétante.

Sa victoire Emmanuel Macron, et ce n’est bien sûr pas un hasard, a choisi de la placer dés hier soir à Paris, les images resteront, sous le patronage des Immortels principes. Le site d’Europe 1  l’a rapporté comme d’autres, «il est arrivé sur la scène en marchant, sur l’Hymne à la joie de Beethoven – joué pour la première fois à Vienne, ironie de l’Histoire, le 7 mai 1824 -, devenu depuis l’hymne européen. Emmanuel Macron est apparu dimanche soir dans une mise en scène qui n’était pas sans rappeler celle choisie par François Mitterrand en 1981, entrant au Panthéon deux roses à la main. Puis (il) a donné, dimanche soir, un deuxième discours présidentiel (devant la pyramide du) Louvre », « l’audace de cette pyramide », (étant) l’incarnation de « l’esprit des Lumières », dont il se veut l’héritier. »

Le choix de l’endroit est bien évidemment hautement symbolique, susceptible d’une double lecture. D’abord une volonté de s’adresser au monde depuis un lieu internationalement connu, qui peut être également compris comme le vœu d’inscrire son quinquennat dans une histoire, une culture française lui qui avait affirmé que celle-ci n’existait pas… Mais aussi, plus subtilement, comme la volonté de mettre ses pas dans ceux des  Grands ancêtres, car c’est aussi un signe adressé aux humanistes de la République sans frontières que de s’exprimer devant la pyramide de Louvre. Elle fut commandée par l’auteur de Grand travaux, le pharaon François Mitterrand à l’architecte Ieoh Ming Peï, érigée un siècle après le projet avorté de Lhereux. « Une pyramide reprenant une partie du programme des architectes initiés de la Révolution qui voulaient scander l’axe historique de Paris de leurs pyramides maçonniques ». Pyramide de Peï qui est « l‘omphalos non seulement du palais du Louvre, mais aussi d’un gigantesque zodiaque faisant de Paris une ville sacrée, capitale d’un futur empire universel dirigé par un Grand Monarque » (Dominique Setzepfandt)…

Le (second) discours prononcé par Emmanuel Macron au pied de la pyramide s’inscrit sous cette même influence, reprenant les codes des sectes et officines promulguant l’idéologie cosmopolite et mondialiste: « L’Europe et le monde attendent que nous défendions partout l’esprit des Lumières, menacés dans tant d’endroit. Ils attendent que, partout, nous défendions les libertés, protégions les opprimés, que nous portions les nouvelles espérances. Celui d’un monde plus sûr, d’un monde de croissance, de plus de justice, de plus d’écologie ». « Je veux avoir un mot pour les Français qui ont voté simplement pour défendre la République face à l’extrémisme. Je sais nos désaccords, je les respecterai. Et je serai fidèle à cet engagement pris : je protégerai la République.» Quant aux électeurs marinistes et frontistes, « ils ont exprimé aujourd’hui une colère, un désarroi, parfois des convictions. Je les respecte. Mais je ferai tout, durant les cinq années qui viennent, pour qu’ils n’aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes » (sic).

Les observateurs ont noté aussi les plagiats évidents du discours de Barack Obama quand il fut élu président. Il suffit de remplacer la mot France par Amérique: « Merci de vous être battu avec courage et bienveillance pendant tant de mois. Parce que oui, ce soir, vous l’avez emporté, la France l’a emporté. Ce que nous avons fait, depuis tant et tant de mois, n’a ni précédent ni équivalent. Tout le monde nous disait que c’était impossible. Mais ils ne connaissaient pas la France.»

Marine Le Pen l’affirmait hier dans son allocution suivant l’annonce des résultats, «le premier tour (de la présidentielle) a entériné une décomposition majeure de la vie politique française par l’élimination des partis anciens. Le second tour organise une recomposition politique de grande ampleur autour du clivage entre les patriotes et les mondialistes (…). Je serai à la tête du combat de ce combat afin de réunir tous ceux qui veulent choisir la France (…). Je proposerai d’engager une transformation profonde de notre mouvement. Le Front National, qui s’est engagé dans une stratégie d’alliances, doit se renouveler profondément afin d’être à la hauteur (…) des attentes des Français. J’appelle tous les patriotes à nous rejoindre, afin de participer au combat politique décisif qui commence»

La carte  électorale de ce second tour confirme  la césure entre France des inclus et des exclus, celle des centre-villes et des territoires péri-urbains. Marine est arrivée en tête dans 9000 communes, notamment dans des mairies FN à Hénin-Beaumont (61,56%) , à Fréjus (50,71%) , à Beaucaire (55,47%) , au Luc (56,64%), à Cogolin (51,92%),  frôle les 50% au Pontet, à Villers-Côterets,  surclasse M. Macron  dans deux départements (Aisne, Pas-de-Calais). Sur le site de franceinfo , «le géographe Eric Charmes, chercheur en sciences sociales appliquées à l’urbain» note que « c’est toujours le même constat. On retrouve le tiers nord-est de la France, le littoral méditerranéen et l’estuaire de la Gironde». «On voit bien deux France apparaître, avec la France du vote Le Pen à l’est d’une ligne Le Havre-Marseille, en ajoutant la vallée de la Garonne, ajoute le politologue Laurent Bouvet. »

Sur le site de franceinfo toujours, la défaite de Marine est d’ailleurs décrite comme étant en « trompe-l’œil.» « Avec plus de 10 millions d’électeurs, le Front National décroche  un nouveau record en nombre de voix (…) et franchit ainsi un palier qui semblait jusqu’à présent inatteignable. Dans son histoire (le FN) n’était jamais parvenu à obtenir plus de 7 millions de voix avant cette année 2017. Pour parler comme un commercial, on grignote des parts de marché à chaque élection, se réjouit le député européen Bruno Gollnisch, joint par franceinfo. La tendance générale est extrêmement favorable pour nous. Même si ce n’est pas pour ce coup-ci, ce sera sans doute pour le coup d’après…».

De plus est-il indiqué, « l’augmentation du poids électoral du Front National va de pair avec une progression de ses idées dans l’opinion (…). la part des Français déclarant être en accord avec les idées du (FN) est passée de 18% (en 2011) à 33%, indique le baromètre Kantar Sofres pour franceinfo et Le Monde publié en mars. Dans le détail, l’adhésion est particulièrement forte en matière de sécurité, d’identité et de contrôle de l’immigration (…). En revanche, deux propositions du FN restent minoritaires : la sortie de l’euro (seulement 22% des Français y sont favorables) et la préférence nationale (21%). Tout le monde a trouvé normal que Marine Le Pen soit en finale, ce qui est assez prodigieux quand on se souvient de la campagne de 2002, souligne Bruno Gollnisch, qui était directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen à l’époque. »

Autre indice favorable, « cette campagne a vu l’apparition d’un clivage nouveau, se réjouit Bruno Gollnisch. Certains opposeront ‘l’ouverture’ d’Emmanuel Macron à la ‘fermeture’ de Marine Le Pen. Je préfère parler du mondialisme face à la défense des identités particulières

Enfin, « quatrième et dernière bonne nouvelle pour Marine Le Pen : l’entre-deux-tours a fait émerger la possibilité nouvelle d’une alliance entre une partie de la droite et le Front National. C’est positif. Je suis partisan depuis longtemps d’une alliance avec les souverainistes tels que Philippe de Villiers, se félicite Bruno Gollnisch. C’est une révolution interne, cela montre que le FN est un parti capable d’avoir des alliés et pas seulement des ralliés, renchérit Philippe Olivier, proche conseiller de Marine Le Pen, on a démarginalisé le FN, on l’a fait rentrer dans la Ve république.»

«Moi je suis favorable personnellement à ce qu’il y ait une entente, une alliance, pour les prochaines élections, avec d’autres formations que la nôtre, comme par exemple celle de Nicolas Dupont-Aignan», a plaidé (Bruno Gollnisch) sur franceinfo. «Il va falloir s’adapter, mieux faire passer le message. Tout peut être discuté, rien n’est intangible.» Bruno a cependant précisé qu’un changement de nom du FN ne lui apparaissait pas indispensable: «Je n’y suis pas favorable. Je crois qu’il faut conserver notre socle de convictions: défense des valeurs traditionnelles, lutte contre le fiscalisme».

Une chose est certaine en tout cas a-t-il affirmé , alors que débute dés aujourd’hui le campagne des législatives, troisième tour d’une importance capitale, « il sera difficile à LR d’apparaître comme l’opposition après avoir appelé à voter Macron à la Présidentielle »!

Le 08/05/2017

Bruno Gollnisch