vendredi 19 mai 2017

Marine-bien évidemment- candidate dans le Pas-de-Calais

Marine fds campagne

On pouvait bien dire et répéter à l’envi, dans les salles de rédaction, qu’elle était – et c’est vrai – très fatiguée par une campagne présidentielle de plusieurs mois, on se doutait bien que Marine Le Pen ne se ferait pas « porter pâle » pour les élections législatives, et s’absenterait de la 11e circonscription du Pas-de-Calais, celle de Hénin-Beaumont. Eh bien le faux suspense s’est achevé ce jeudi 18 mai : la présidente du FN – qui a recueilli près de 11 millions de suffrages le 7 mai dernier – a annoncé sur le plateau du journal de TF1 qu’elle serait bien candidate dans son fief historique les 11 et 18 juin prochain.

Une décision du cœur – et une décision politique

Une décision prévisible car dictée à la fois par le cœur – « J‘ai une relation affective très forte avec les habitants des bassins miniers » a-t-elle expliqué – et par la raison politique : au second tour de la présidentielle, Marine Le Pen a obtenu 58,2% des voix sur sa circonscription41,17% au premier tour. Tandis que le département du Pas-de-Calais la mettait également en tête.  

Comment ne pas répondre à cette attente ?

La partie est non seulement jouable mais gagnable, à une heure où le gouvernement Macron/Philippe met sans trop de précautions le cap vers la casse sociale, systématisant la politique de ses prédécesseurs de droite et de gauche, et désespérant un peu plus des populations qui ne sont manifestement pas son « cœur de cible électoral ». Et l’entrée de Marine à l’Assemblée Nationale aurait à l’évidence une très forte charge symbolique et politique, surtout pour la corporation médiatique qui lui a reproché à l’unisson de n’avoir fait « que » 34% des suffrages face au candidat de toutes les oligarchies.

D’autant qu’elle ne serait pas la seule à entrer au Palais Bourbon : les sondages mettent le FN autour de 20%, soit au niveau des Républicains pourtant bien implantés, pour le moment derrière le parti composite de Macron. Dans plusieurs régions, nos candidats sont en mesure de gagner soit en duel, soit en triangulaires ou en quadrangulaires qui s’annoncent nombreuses. La compromission de très nombreux cadres et élus LR avec le nouveau pouvoir, la similitude idéologique de la plupart des autres avec le « macronisme »quelle différence, au fond, entre un Macron et un Baroin ? – devraient en principe contribuer à ce succès électoral historique du FN. Sans oublier le désistement des candidats de Nicolas Dupont-Aignan.

Oui, rarement notre mouvement et ses candidats auront bénéficié d’une telle « conjonction d’astres » dans une élection législative ! L’entrée massive de députés patriotes à l’Assemblée, c’est vraiment possible dans trois semaines.

Mais, au fond, la motivation de Marine Le Pen n’était pas que d’ordre strictement politique ou électoral : « Je n’ai pas particulièrement hésité (… ) Je n’imaginais pas de ne pas être à la tête de mes troupes » a-t-elle aux journalistes de TF1. On a compris qu’avant tout calcul politique, c’était, pour une femme de devoir, une question de principe.

Tout simplement…

Le 19/05/2017

FN législatives 2017