mardi 23 mai 2017

Nicolas Dupont-Aignan persiste et signe

NDA 2017 A

« J’ai soutenu Marine Le Pen au deuxième tour, j’en suis fier ! » Nicolas Dupont-Aignan a tenu à remettre les pendules à l’heure, dimanche 21 mai sur LCI, alors que les commentateurs daubaient, depuis le 7 mai, sur la fin de la « lune de miel » entre le président de Debout la France et la présidente du Front National. Et histoire que ce soit bien clair, NDA a appelé à la construction d’un « programme commun » entre les deux formations. Qui aux législatives à venir présenteront concurremment des candidats dans toutes les circonscriptions, alors que dans un premier temps, un retrait commun dans 50 circonscriptions avait été envisagé : « On avait envisagé cela » a confirmé le candidat de Debout la France. « Mais à la fin, on a préféré la clarté pour ne pas faire un accord électoral de fric  (…) Ça m’avait beaucoup blessé qu’Emmanuel Macron laisse entendre que j’ai soutenu Marine Le Pen pour des raisons d’argent ». Et d’ajouter cette remise en perspective : « C’est vrai que mon parti perd de l’argent (son candidat avec 4,70% des suffrages n’ayant pu obtenir le remboursement de sa campagne) mais je préfère être un peu plus pauvre mais libre, contrairement à Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, François Bayrou qui se sont vendus ! »

Qui est le plus gaulliste en 2017, au fait ?

Il faut à ce sujet revenir sur les réactions des politiciens LREMPS et de nombre de journalistes à cet accord de gouvernement Marine Le Pen-Nicolas Dupont-Aignan. Entendre des pontes LR comme Juppé ou Le Maire ou NKM, ralliés depuis des années à l’européisme, à l’atlantisme et à la cohabitation idéologique et politicienne avec la gauche, accuser Dupont-Aignan d’avoir « trahi » son idéal gaulliste est (très) fort de café : car qui défend aujourd’hui les principes on ne peut plus gaullistes de souveraineté nationale et d’Europe des Patries – et de refus du communautarisme, et de défense d’un monde multipolaire ? Juppé, Sarkozy, Fillon, Le Maire ? Non, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan bien évidemment !

Et il est tout aussi choquant de la part des mêmes de porter une condamnation morale sur le président et candidat de Debout la France. Car NDA a pris le risque de rompre avec sa famille UMP d’origine pour une certaine idée de la France. Et il a payé, depuis des années, cette intransigeance d’un isolement politique et des difficultés matérielles qui vont avec, quand presque tous ses ex-camarades s’accrochaient à leurs sièges et à leur soupe, fut-ce au prix du reniement des principes qu’ils affectent de défendre. Et, bien entendu, c’était encore plus risqué et courageux de sa sa part de briser le tabou imposé depuis des décennies par le Système, et de tendre la main au Front National et à sa candidate.

Vision(s) commune(s)

NDA a d’ailleurs la même analyse que nous sur le gouvernement Macron/Philippe : « Enfin c’est clair. Cela fait vingt ans qu’il y a deux partis, le PS et l’UMP ou les Républicains, qui faisaient la même politique. La nomination d’Édouard Philippe clarifie la situation ».

Le Front National et Debout la France ? Deux pôles de regroupement des patriotes et des souverainistes de ce pays qui ont plus que jamais, quels que soient leurs désaccords mineurs, vocation à travailler ensemble. Et qui dans l’immédiat, entre les deux tours des prochaines législatives, devraient appeler à se désister l’un pour l’autre. Et quant à Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, voici ce qu’en dit le second : « Marine Le Pen et moi ne sommes pas alliés mais amis politiques parce que nous sommes tous les deux favorables à l’indépendance de la France ». Et c’est bien ce critère-là qui devrait être le plus déterminant dans la grande recomposition politique qui a commencé en mai 2017, et qui va casser les vieux appareils politiques, mettre au « chômage technique » pas mal de vieux politiciens, et ringardiser nombre d’analystes professionnels

Le 23/05/2017

FN législatives 2017