jeudi 4 mai 2017

Nous, indépendants et patrons, avons choisi Marine Le Pen pour ses engagements en faveur de l’entreprise et de la croissance

Ordi réparation


Tribune libre à l'initiative de dirigeants d'entreprises, commerçants  et commerçants de la région PACA du 04/05/2017

Nous, chefs d’entreprises petites ou moyennes, indépendants, artisans et commerçants mais aussi patrons d’ETI (entreprises à taille intermédiaires), nous avons choisi  Marine Le Pen parce que nous considérons que ses 144 Engagements vont clairement dans le sens du soutien et de la promotion de nos types d’entreprises. Nous avons  en particulier compris, et contrairement à ce que disent un certain nombre d’observateurs ignorants ou malhonnêtes, qu’en parallèle de sa négociation avec Bruxelles pour recouvrer les 4 grandes souverainetés (territoriale, juridique, économique et monétaire) de la France toute une série de ses mesures d’ordre micro-économique favorables au développement des entreprises et à la croissance seront immédiatement applicables
Et ce, à tous les stades de la vie de l’entreprise et tant au niveau des « hommes » et des « produits » que de l’environnement et des financements de l’entreprise.

Sur le plan administratif,  pour nous indépendants, seule Marine Le Pen prévoit de supprimer le RSI et de nous laisser le choix d’opter pour le régime général ou pour un nouveau RSI totalement refondu. Pour les TPE et PME, elle engagera clairement une vague de simplification très concrète : guichet unique pour toutes les démarches administratives mais aussi sociales et fiscales, généralisation du Titre Emploi Service incluant toutes les charges en remplacement du bulletin de salaire et de son traitement pour les TPE, suppression du compte pénibilité, fusion des institutions représentatives du personnel jusqu’à 300 salariés.

Au niveau du  financement des entreprises, avant tout renforcement des fonds propres – qui restent un point faible structurel des PME et ETI françaisesMarine Le Pen s’est engagée à desserrer l’étau fiscal qui pèse sur nous. La baisse respective, à 24% et 15%, du taux de l’IS pour les PME et les TPE, nous permettra de réinvestir en quelque sorte une part plus importante du bénéfice. Autre engagement de Marine le Pen, l’exonération fiscale totale des plus-values de cession des PME au-delà de 7 ans d’existence favorisant ainsi fortement la transmission ! Pour accroître directement les fonds propres des entreprises, citons, au sein des nombreux engagements de la candidate, l’engagement-phare d’allouer 2% des encours de l’assurance-vie au capital-risque dédié aux startups technologiques et stratégiques ainsi que la création d’un Fonds souverain adossé à la Caisse des Dépôts et Consignations permettant des prises de participation défensives et offensives dans le capital d’entreprises-clé des secteurs stratégiques.

En matière de recherchequi élabore les produits de demainMarine Le Pen a bien compris que la France avait un retard important à rattraper. Aussi le budget alloué à la recherche publique augmentera de 30% en 5 ans pour atteindre 1% du PIB. Par ailleurs, les passerelles entre recherches publique et privée seront multipliées : les détachements en entreprises de chercheurs des laboratoires publics seront favorisés de même que celles-ci seront incitées à sous-traiter plus de contrats d’études aux laboratoires.

Concernant la formation professionnelle  – qui forme les hommes de demain – là encore la candidate a bien compris la distorsion existante entre offre et demande  de personnel qualifié au sein de nos entreprises. C’est pourquoi un effort conséquent sera engagé pour systématiser l’alternance comme processus de formation professionnelle permettant de passer de 400 000 à 600 000 apprentis en 5 ans. Sachant que l’aspect quantitatif ne devra pas obérer l’aspect qualitatif du développement de l’apprentissage. En particulier la part des niveaux médians et élevés de qualification devra être significative de façon à ce que, par exemple, un nombre croissant d’ingénieurs soient issus de l’apprentissage !

Signalons que toutes ces mesures seront portées par un Etat-stratège réhabilité mais qui agira en partenariat étroit avec les Branches professionnelles réformées, simplifiées et modernisées. Au préalable, la liberté syndicale aura été restaurée par la suppression du monopole syndical de façon à rétablir la confiance entre salariés, cadres et patrons et leurs syndicats afin qu’ainsi la représentativité syndicale soit bien réelle en France !

En réalité, on s’aperçoit que Marine Le Pen, grâce en particulier à une immense majorité d’élus et de conseillers issus des milieux professionnels, est la seule à vouloir réorganiser le monde du travail sérieusement face aux coups de boutoir de l’Europe de Bruxelles et à l’idéologie ultra-libérale qui n’accepte pas autre chose que l’atomisation des entreprises et la construction inéluctable d’un capitalisme de finance.

Oui, nous le disons haut et fort, Marine Le Pen remettra à l’honneur l’initiative privée et le capitalisme d’entreprise !

FN 84