mercredi 14 juin 2017

Alain Duhamel voit Marine élue-et trouve ça bien d'ailleurs...

Marine marché d'Hénin-Beaumont

« Il faut qu’il y ait dans la prochaine Assemblée des ténors, je pense aussi bien à Mélenchon qu’à Marine Le Pen, des voix fortes » pour y garantir la diversité démocratique.

C’est le sentiment exprimé par le doyen des analystes, éditorialistes et commentateurs politiques de ce pays, Alain Duhamel, interrogé mardi matin 13 juin sur LCI par Audrey Cresto-Mara. Alain Duhamel qui pense que le fait majeur de ce premier tour des législatives est, avant le succès du parti présidentiel, le taux d’abstention historique – le plus fort depuis l’instauration, non de la Ve République, mais du suffrage universel en France, note-t-il. Il utilise à ce propos l’expression de « déroute démocratique ». Autre problème démocratique, selon l’analyste, le triomphe annoncé d’En Marche ! est « dangereux » car créant de graves déséquilibres politiques dans ce pays.

Une « déroute démocratique » causée par un scrutin « anormal, injuste, pas démocratique »

L’éditorialiste juge d’ailleurs « anormal, injuste, pas démocratique » que le FN soit sous-représenté dans la prochaine assemblée. Et il prône des « correctifs », comme l’instauration « d’une part » de proportionnelle dans les prochains scrutins législatifs, mesure (minimum) dont le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé ce même 13 juin sur France Info qu’elle était un engagement d’Emmanuel Macron (à suivre). Rappelons juste que Marine Le Pen vient de faire le lienà vrai dire évident – entre la « déroute démocratique » évoquée par Duhamel et le scrutin majoritaire qui a, cette fois plus encore que les précédentes, découragé et démobilisé des millions d’électeurs persuadés – à tort – que leur vote ne servirait à rien car ne leur assurant pas une représentation parlementaire.

Alain Duhamel n’est certes pas un soutien de Marine Le Pen et du FN il le prouve encore assez abruptement du reste dans cet entretienmais cet analyste chevronné, sinon toujours objectif, quand la journaliste de LCI lui demande s’il voit la candidate élue dimanche prochain dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, répond par un « Oh oui ! » dont la spontanéité traduit assez la conviction. Et il va jusqu’à ajouter que « d’ailleurs c’est bien », reprenant l’idée que la vie politique française a besoin de la voix de Marine, notamment au Palais Bourbon.

Pendant ce temps la principale intéressée, à l’instar des candidats FN en lice au second tourils sont 120 – est sur le terrain, chaque jour, pour mobiliser et remobiliser les électeurs. Mardi après-midi, elle était en réunion à Soissons, pour soutenir les candidats frontistes de l’Aisne, qui l’a placée en tête au second tour de la présidentielle, et où le FN est présent au second tour des législatives dans les 5 circonscriptions du département.

Car, bien sûr, pas besoin de s’appeler Alain Duhamel pour estimer que le Front National, dont la présidente a récolté 10 millions et demi de voix voici un mois à peine, mérite un groupe parlementaire, même avec le mode de scrutin « injuste, pas démocratique » qui sévit à l’heure actuelle.

Ce n’est pas Alain Duhamel qui nous démentira, n’est-ce pas ?

Le 14/06/2017

FN Législatives 2017