mercredi 7 juin 2017

Franche-Comté : moins de moyens pour les Ehpad publics

Ehpad

La fédération hospitalière de France (FHF) s'inquiète d'une baisse de 200 millions d'euros dans le financement des Ehpad publics. En cause, un nouveau mode de calcul avec des conséquences annoncées sur le nombre d'aide-soignants.

La fédération hospitalière de France alerte sur les conséquences de la réforme de la tarification des maisons de retraite mis en place depuis le début de l'année et demande la mise en place d’un moratoire.
 
Treize ans après la mise en place de la journée de solidarité du lundi de Pentecôte, FHF annonce que le service public destiné aux personnes âgées est en danger. La réforme du financement des établissements publics pour personnes âgées devrait faire perdre 200 millions d’euros. "Avant, les établissements, avec chaque Conseil départemental négociaient leur budget, explique Sevena Relland, déléguée adjointe de FHF en Franche-Comté. Ils prenaient en compte les spécificités comme la localisation, la taille, l’architecture de l'établissement. Avec cette réforme, chaque forfait dépendance sera calculé sur la base d'une formule mathématique. Là? les départements n'ont plus la possibilité d'aménager les dotations."

Moins de moyens, moins de personnels

Le budget dépendance des départements sert à financer les professionnels comme les aides-soignants et des psychologues. "Si 200 millions d'euros sont retirés des établissements publics, concrètement, c'est des postes en moins, affirme Sevena Relland. En Franche-Comté, il y a 5.600 personnes hébergées en Ehpad public. Pour un établissement de 180 lits, si la réforme est mise en place comme c'est prévu aujourd'hui, sur sept ans il va perdre 250.000 euros, soit 36.000 euros en moins par an et ça représente par an trois poste d'aide-soignants."

Par Naïs Esteves le 05/06/2017

France Bleu Besançon