jeudi 8 juin 2017

Hénin-Beaumont: c'est très bien parti pour Marine

Affiche Légis 2017 Hénin

C’est plus une confirmation qu’une surprise, mais c’est une confirmation très nette : selon un sondage Ifop pour le quotidien La Voix du Nord publié le 7 juin, Marine Le Pen arrive très largement en tête dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais avec pas moins de 44% des intentions de vote au premier tour. Loin, très loin derrière elle, trois autres candidats se suivent dans un mouchoir de poche, à savoir la candidate d’En Marche ! (15,5%), le député PS sortant Kemel (14,5%), et le candidat de la France insoumise (13,5%).

Score jamais atteint

On savait Marine Le Pen très populaire, et le FN très implanté dans cette circonscription qui n’avait échappé à la candidate, en juin 2012, que de 118 voix. Mais, ainsi que le souligne La Voix du Nord, jamais MLP n’avait atteint un tel pourcentage : en 2012 au premier tour, elle avait réalisé le score déjà respectable de 42%. Et au premier tour de la présidentielle de 2017, elle a engrangé 41,2% sur la circonscription. Le président de l’Ifop, Frédéric Dabi, ne peut tirer de son sondage que d’assez évidents enseignements : « Le rapport de force est clairement à son avantage. Les autres candidats sont près de trente points derrière elle ! » Cela veut dire que ces candidats-là sont en recul : en 2012, le PS Philippe Kemel avait réalisé 23,71% au premier tour. Et Jean-Luc Mélenchon, qui avait cru pouvoir défier Marine à Hénin-Beaumont, avait obtenu 21,45% sur la 11e circonscription. Ce n’est pas beaucoup mieux du côté d’En Marche, la candidate Anne Roquet, nouvelle venue en politique, n’augmente que d’1 point le score d’Emmanuel Macron du premier tour14,55% ! À Hénin-Beaumont, du moins, il n’y a pas d’effet Macron… Quant à l’»union-de-la-droite-et-du-centre » LR/UDI, elle ne fait plus, dans ce secteur, que de la figuration, sa candidate étant créditée de… 4% d’intentions de vote.

Face à cet absolu manque de dynamique de ses principaux adversaires, on voit mal comment Marine Le Pen pourrait – pseudo-front républicain ou pas voir le siège de député lui échapper cette fois.

Pour autant, comme on s’en doute, Marine, malgré la fatigue de plusieurs mois de campagne accumulés, continue de « travailler » la circonscription, avec l’aide du maire d’Hénin-Beaumont, qui est aussi son suppléant, Steeve Briois. S’il y a déjà une morale à tirer de cette campagne-là, c’est que l’implantation locale profite tôt ou tard, même face à l’opposition de toutes les autres forces politiques.

Et que, oui, il y a toujours une « puissance de feu électorale » du Front dans ses zones de force. Il faut espérer que dans les Hauts-de-France comme dans d’autres régions, se multiplient les Hénin-Beaumont, au soir du 11 juin !

Le 08/06/2017

FN législatives 2017