mercredi 7 juin 2017

Le Qatar…et les autres

Etat islamique Syrie

Les sondages  et surtout les conséquences dans l’optique du second tour des législatives de la réactivation par la direction de LR du front républicain (désistements réciproques avec le  PS et LREM en cas  devictoire possible du candidat frontiste) , ne promettent pas aux Front National d’obtenir le 18 juin le nombre de députés qui étaient encore annoncés il y a quelques semaines. Pour autant, sur le site du Huffington Post, Chloé Morin Directrice de l’Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès, souligne, enquête de l’Ifop à l’appui, que  le FN est avec la France insoumise (FI) de Jean-Luc Mélenchon, le Mouvement qui incarne le mieux l’opposition. Le PS et LR apparaissent, assez logiquement au vu de la proximité idéologique qui est la leur avec le macronisme (même doxa européiste, libérale et post nationale de leurs dirigeants) comme les plus fragilisés, les plus menacés par l’offre politique portée par LREM.

Dans ce contexte, le FN et FI affirme Chloé Morin « (peuvent)   se prévaloir d’atouts réels: un leader (relativement) incontesté, auréolé de scores non négligeables aux présidentielles, un logiciel clairement identifié, et un socle électoral aussi mobilisé qu’homogène sur le plan idéologique (ce que les socialistes et les républicains ne sont plus). Et de relever encore que « nous  vivons une situation assez paradoxale – produit à la fois de la recomposition politique et de la logique du mode de scrutin législatif: si l’on en croit les projections en sièges réalisées par les différents instituts, les deux principales forces d’opposition au Président dans l’opinion ne devraient représenter, pour les cinq ans qui viennent, guère plus d’un dixième des forces à l’Assemblée nationale. »Il est clair cependant que l’actualité des récentes attaques menées par les terroristes fondamentalistes valident de nouveau  les avertissements et le programme du FN,  notamment sur les questions migratoires, la nécessaire refonte de notre code de la nationalité,  notre refus du communautarisme et du 
multiculturalisme

A Londres samedi les assaillants ont tué en hurlant  « Allah Akbar !».  Hier à Paris devant Notre-Dame,  « le soldat de Daech »,  Farid Ikem  un « étudiant »  thésard algérien de 40 ans , qui a attaqué au marteau et blessé (heureusement  légèrement)  un  policier,   l’a fait au cri de « Pour la Syrie !»… Les Français seront sans doute très moyennement  rassurés par  les propos ce matin sur RTL, du socialiste Christophe Castaner. Le  porte-parole du gouvernement a expliqué  que  cet homme ayant fait allégeance à l’Etat islamique  « n’est  pas du tout marqué par la radicalisation. Toutes les indications confirment la thèse d’un acte isolé dont difficile à anticiper. Le risque zéro n’existe pas ».  La tolérance zéro  non plus hélas.

En Syrie justement, grâce à l’appui de l’armée américaine (dont l’aviation  vise aussi régulièrement des forces fidèles à Bachar el-Assad elles aussi engagées contre les islamistes), arabes et kurdes syriens des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé l’assaut final sur Raqqala capitale de l’EI. L’objectif premier était aussi de gagner de vitesse dans ce combat-là les forces gouvernementales de la République arabe syrienne soutenues  par la Russie et l’Iran.

La question du terrorisme est officiellement au cœur de la crise ouverte entre le Qatar et ses voisins. L’Arabie saoudite,  les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen et  l’Egypte, viennent ainsi d’annoncer la rupture  de  leurs relations diplomatiques avec l’émirat qatari, accusé de soutenir les terroristes de l’EI et l’extrémisme religieux des Frères musulmansQatar , nous l’avons dit, qui  a pris le relais de l’Arabie saoudite dans le financement notamment de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH)  installé  à Londres, avec l’aval des services britanniques.
Un  instrument de propagande dont les communiqués  et avis sont repris le plus souvent sans recul par les médias occidentaux. Une crise diplomatique  qui a en tout cas l’aval de Donald Trump , lequel a vu dans  cet épisode  le fruit de son premier voyage officiel à Ryad : «Durant mon récent voyage au Moyen-Orient, j’ai affirmé que le financement de l’idéologie radicale devait cesser. Les dirigeants ont montré du doigt le Qatar – Et regardez!».   «C’est si bon de voir que la visite en Arabie Saoudite avec le roi et cinquante pays porte ses fruits.»

Le garde des Sceaux François Bayrou a lui  réitéré hier son vœu de mettre fin à l’avantage fiscal octroyé en son temps par Nicolas Sarkozy aux investisseurs qataris sur leurs plus-values immobilières. Une  demande que Marine Le Pen a jugé légitime (le FN le réclamait depuis longtemps)  ce matin lors de son passage sur France 2 dans l’émission Les  quatre vérités

Nous citions  sur ce blogue en novembre 2015  un article du Daily telegraph qui indiquait que  le Trésor américain avait formellement accusé des personnalités qataris  de financer l’EI pour  mener des opérations militaires.  «Les preuves des liens du gouvernement qatari avec les extrémistes (dont certains ont réussi à lever des fonds alloués par la suite à l’EI) sont irréfutables. Entre huit et douze personnalités éminentes au Qatar ont récolté des millions de dollars pour les djihadistes, a déclaré un diplomate occidental local. Et ils ne s’en cachaient guère (…). L’engagement du Qatar auprès des extrémistes est sans doute un moyen d’assurer ses arrières en Syrie. Le Qatar est un pays qui a toujours cherché à multiplier les alliances : des talibans à Israël, avec qui il était un temps le seul pays du Golfe à entretenir des relations commerciales. Le Qatar accueille le Hamas, les milices islamistes libyennes et les Frères musulmans de toute la région».

Certes, il est commode pour certains de se défausser sur le seul Qatar de leurs responsabilités conjointes dans les exactions de l’EI. Un  golem monstrueux  qui a été aussi favorisé, plus ou moins directement,  par tous ceux qui misaient et misent encore -y compris au sein de certains cénacles gouvernementaux occidentaux- sur l’éradication de la République arabe syrienne et l’affaiblissement de ses alliés.  Il y a deux ans,  un rapport du Congrès américain mettait en cause plus largement,  non pas le seul  gouvernements du Qatar  en tant que tel, mais  des donateurs privés qataris…et saoudiens   comme étant responsables de transferts d’argents au profit de l’EI.

L’Arabie saoudite, en pleine lutte d’influence avec le Qatar,  ne saurait ainsi s’exonérer de la responsabilité qui est aussi la sienne dans le développement du terrorisme, d’un islamisme radical véhiculé par la très sectaire  idéologie wahhabite. C’est le cas notamment en Asie et en  Afrique où les saoudiens financent nombre de structures,  de   madrasas (écoles coraniques) qui sont de grands facteurs de déstabilisations et  d’affrontements futurs dans les pays qui les accueillent.

Le problème se pose aussi bien  évidemment, du fait du laxisme de nos dirigeants , en France et en Europe note Bruno Gollnisch,  où l’argent  saoudien  ne sert pas uniquement à  acheter des hôtels et des villas de luxe…

Le 07/06/2017

Bruno Gollnisch