samedi 22 juillet 2017

Armées : ces matériels qui sont plus vieux qu'Emmanuel Macron

Macron Top Gun

Tout un symbole : lors de son déplacement à Istres le 20 juillet 2017, au lendemain d'un tour de vis budgétaire, Emmanuel Macron a prononcé son discours devant un avion ravitailleur KC 135, véritable antiquité volante qui doit être remplacée d'urgence (voir ci-dessous), mais qui devra continuer de voler... La bataille budgétaire qui oppose d'un côté Bercy et l'Élysée, et de l'autre les armées, semble avoir atteint son apogée mercredi avec la démission du chef d'état-major des armées (Céma), le général Pierre de Villiers. Il a préféré claquer la porte plutôt que de « se faire baiser » par Bercy, comme il l'avait glissé lors d'une audition à huis clos devant des parlementaires. Il a immédiatement été remplacé par le général François Lecointre. Au cœur de la discorde, les coupes dans le budget de l'équipement des armées après le refus de Bercy d'accorder un nouveau dépassement de budget lié aux opérations extérieures (Opex).

Ces dernières années, l'État offrait toujours une rallonge pour rendre possible l'application de ses ordres. Ce n'est plus le cas, et de nombreux matériels vétustes vont devoir, une énième fois, rallonger leur durée de vie. Le Point.fr vous propose un tour d'horizon des matériels plus vieux que le président de la République lui-même, né le 21 décembre 1977. Tous les matériels cités ci-dessous ont donc été développés il y a (au moins) un demi-siècle, parfois avant que l'homme marche sur la Lune (1969), et sont encore utilisés par les militaires français.

N.B : les dates entre parenthèses sont les dates d'entrée en service de la première version des matériels cités, en France, ou ailleurs en cas d'importation (même tardive). De nombreux matériels ont été largement modernisés depuis leur entrée en service. La liste n'est pas exhaustive, nous invitons nos lecteurs à nous faire des suggestions en commentaires !

Armée de Terre

Le VAB. Le véhicule de l'avant blindé (VAB) est le principal transport de troupe de l'armée de terre. Entré en service en 1976, il est très largement utilisé sur tous les théâtres d'opérations, malgré une inadaptation évidente aux nouvelles menaces. Outre sa vulnérabilité aux engins explosifs improvisés (IED), il est très inconfortable avec une température qui dépasse facilement les 50 degrés dans l'habitacle. Des milliers de VAB doivent être progressivement remplacés par le Griffon (ou véhicule blindé multirôle, VBMR), dont un prototype a fait une apparition-surprise lors du défilé du 14 juillet 2017.

Le VLRA. Ce petit camion de transport de troupes entré en service en 1960 est encore largement déployé par l'armée. Robuste, il n'égale néanmoins pas ses équivalents plus modernes déployés par certaines armées étrangères.

Le Famas. Développé à partir de 1967 et entré en service en 1979, le Famas est aujourd'hui encore le fusil d'assaut le plus répandu dans les armées, avec plusieurs centaines de milliers d'exemplaires produits. Il doit être progressivement remplacé par les fusils d'assaut HK 416.

D'autres matériels affichent aussi quelques décennies au compteur : le mortier de 120 mm (1973), le missile MILAN (1973), la mitrailleuse Minimi (années 70), la mitrailleuse MAG modèle 1958 ou encore la mitrailleuse 12,7 mm M2 HB (années 1930). Le véhicule léger P4, un vrai point noir dans l'équipement de l'armée de terre, est entré en service en 1980 et ne se qualifie pas vraiment pour cette liste : à cette date, Emmanuel Macron avait déjà atteint la... maternelle !

L'ALAT (aviation légère de l'armée de terre) met en œuvre des hélicoptères de transport Puma (1968), des hélicoptères légers d'attaque Gazelle (1973) et des avions de liaison Pilatus PC-6 (1959). Les hélicoptères modernes EC665 Tigre (2005) et NH-90 Caïman (2004) constituent moins d'un quart de la flotte de l'ALAT.

Armée de l'Air

Du côté des aviateurs, si les Rafale (2004) sont modernes, le reste de la flotte souffre. Au rayon des urgences absolues, le remplacement des avions ravitailleurs KC-135 (entrés en service en 1957 aux États-Unis1964 en France) par des Airbus A330 MRTT devrait être perturbé par ce nouveau tour de vis budgétaire. Pourtant, sans avion ravitailleur, la plupart des missions en opérations extérieures (ordonnées par le président) sont impossibles, ou alors il faut faire appel aux alliés. Côté transport, les retards de l'A400-M obligent l'armée de l'air à pousser à bout ses vieux Transall C-160 (entrés en service en 1965) et à acheter des C-130 Hercules (en service depuis 1956 aux États-Unis) pour assurer la transition.

Pour l'entraînement, les aviateurs utilisent toujours l'Alpha Jet, développé dès 1967 et entré en service en 1979. Il est célèbre pour être l'avion de la Patrouille de France. L'avion-radar E-3 AWACS, s'il reste parmi les meilleurs dans le monde, n'en est pas moins en service depuis 1977 aux États-Unis, et le Boeing 707 dont il est dérivé vole depuis 1957 et a été mis à la retraite par la plupart des compagnies aériennes. Enfin, l'armée de l'air opère elle aussi des hélicoptères de transport Puma (1968).

Marine nationale

La Marine nationale dispose de nombreux navires modernes, comme les frégates multimissions (FREMM, 2015), les frégates de défense aérienne (FDA, 2010) ou les bâtiments de projection et de commandement (BPC, 2006). Mais d'autres navires, souvent plus discrets et tout aussi essentiels aux activités des marins, font figure d'ancêtres. Les avisos A69 (classe d'Estienne d'Orves) par exemple sont entrés en service en 1976, et les remorqueurs de haute mer type Tenace sillonnent les flots depuis 1972. D'autres « petits » navires affichent plusieurs décennies au compteur, comme les bâtiments de soutien de région (BSR, 1978) ou encore les bâtiments-école d'instruction à la manœuvre (1969).

Du côté de l'aéronautique navale, les avions Rafale et hélicoptères NH-90 Caïman permettent là encore d'afficher un visage moderne. Mais les hélicoptères Alouette III (1961) et Lynx (1977) commencent à sérieusement vieillir. Et les appareils de transport et de surveillance Falcon 10 et Falcon 50 sont entrés en service en 1973 et 1976. L'avion de guet aérien (radar) E2-C Hawkeye vole pour sa part depuis 1964 (aux États-Unis), alors que la première version de l'appareil de surveillance et d'observation Atlantique 2, le Bréguet Atlantic, est entré en service en 1965.

Gendarmerie

Certes, les gendarmes dépendent désormais du ministère de l'Intérieur, mais ils restent officiellement une force armée, dotée d'équipements militaires : nous les avons donc inclus dans notre liste. Certaines de leurs armes sont très anciennes, comme le Famas (voir plus haut), ou même le fusil mitrailleur HK MP5 (entré en service en 1966, mais acheté dans les années 2000 par la France). Le véhicule blindé à roues de la gendarmerie (VBRG), déployé essentiellement outre-mer, date pour sa part de 1974.

Par Jean Guisnel et Guerric Poncet le 21/07/2017

Le Point