mercredi 2 mai 2018

Budget de l'Union européenne : des orientations toujours plus injustes, un fonctionnement toujours plus totalitaire


Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européenCo-Président du groupe  Europe des Nations et des Libertés du 02/05/2018

En proposant ce mercredi de « restreindre l’accès aux fonds de l’UE » en cas de « violation de l’Etat de droit » dans son projet de budget pour la période 2021-2027, la Commission européenne apporte une nouvelle fois la démonstration de son fonctionnement totalitaire.

Selon la procédurepour rejeter les sanctions arbitraires il faudra rassembler à l’initiative des pays membres une majorité constituée par 55% des États représentant 65% de la population de l’UE. En clair, dès lors qu’un Etat comme la Hongrie ou la Pologne tentera de s’opposer aux diktats des bureaucrates non-élus, l’objectif sera de lui couper les vivres immédiatement.

La Commission de Bruxelles demande en outre un budget en hausse à 1 279 milliards d’euros pour 2021-2027 pour compenser le Brexit, tout en baissant celui de la PAC d’environ 5% et celui de la politique de cohésion de l’UE, consacrée aux régions les plus pauvres.

Avec des comptes publics dans le rouge, l’augmentation de la contribution de la France au budget de l’Union européenne est scandaleuse, et risque de mettre un peu plus en péril nos financesnos emploisnotre agriculturenotre industrie. Dans les faits, il s’agira pour Bruxelles surtout de financer l’accueil massif de migrants en coupant drastiquement dans les aides à nos agriculteurs, qui sont pour la plupart d’entre eux dans une véritable situation de détresse.

Plus que jamais il est temps d’en finir avec ce super État européen illégitimeomnipotentimpotent, dont les orientations politiques vont à l’encontre des intérêts vitaux des peuples, pour bâtir une Europe des coopérations, des protections et des libertés.