jeudi 3 mai 2018

La chirurgie ne doit pas mourir à Montceau-les-Mines


Communiqué de presse de Julien Odoul, Président du groupe  Front National au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Membre du Bureau National du 03/05/2018

La fermeture du service de chirurgie de l’hôpital Jean Bouveri de Montceau-les-Mines est effective depuis le 27 avril dernier.

Après la Nièvre, le Jura, la Haute-Saône, l’Yonne et la Côte-d’Or, c’est au tour de la Saône-et-Loire d’être frappée par la politique de démantèlement mise en œuvre par l’Agence régionale de santé (ARS) en Bourgogne Franche-Comté.

Sacrifiés sur l’autel de la rentabilité, les habitants du territoire et les salariés du centre hospitalier sont les nouvelles victimes d’un projet régional de santé qui s’apparente à une sordide entreprise de démolition massive de l’offre de soins.

Les suppressions de services programmées interviennent dans le cadre de la mutualisation des hôpitaux et de la fermeture des structures rurales considérées comme moins rentables par les technocrates de l’ARS. Elles sont les symptômes d’une marchandisation de la santé aveugle et inhumaine.

Les différents précédents régionaux révèlent que la suppression de la chirurgie annonce inévitablement la fin d’autres services et à terme, la fermeture totale de l’établissement hospitalier. L’ARS s’attaque toujours en premier lieu à la chirurgie qui est le moteur de l’activité d’un hôpital et sa principale source de revenus.

En supprimant le service de chirurgie de Montceau-les-Mines, l’ARS engage donc l’hôpital Jean Bouveri sur la voie de la mort programmée.

En ce jour de mobilisation à l’hôpital de Montceau-les-Mines, les élus du groupe Front National réaffirment leur soutien plein et entier aux élus locaux, aux professionnels de santé et aux habitants qui luttent pour défendre l’égalité d’accès aux soins. Ils saluent la volonté de Madame Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau et présidente du conseil de surveillance de l’hôpitald’entamer un référé-suspension à l’encontre de la décision de l’ARS.

Au-delà des clivages partisans, poursuivons la mobilisation pour la défense de la santé partout et pour tous !