dimanche 6 mai 2018

Lettre ouverte de Marine Le Pen à Florence Parly, ministre des Armées


Lettre ouverte de Marine Le Pen à Florence Parlyministre des Armées du 03/05/2018

Madame le Ministre,

Vos proposen réaction à ma tribune publiée dans Valeurs Actuelles, ont surpris, par leur outranceceux qui pensaient que le Ministre des Armées ne pouvait se laisser aller à la violence, en l’occurrence verbale, que contre les ennemis de la France et non contre l’opposition, légitime et légale, au pouvoir actuel.

Par cette lettre ouverteje souhaite, malgré tout, poursuivre le débat pour aider nos compatriotes et nos forces armées à saisir les enjeux pour notre pays et pour expliquer aux Français qu’ une autre politique de défense est possible.

Lorsque vous parlez de mon désintérêt pour la Défensevous démontrez que vous êtes bien mal renseignée.

Permettez-moi de vous rappeler qu’alors que vous étiez plus occupée à émarger dans vos différents postes d’entreprises – toutes, notez-le, en difficulté aujourd’hui (Air FranceSNCF)

– qu’à vous occuper du domaine régalienje travaillais avec mon équipe de campagne, activement sur les questions de Défense nationale.

Depuis des annéesplusieurs groupes d’études concernant les affaires étrangères, la défense et l’industrie d’armement travaillaient à l’élaboration de mon programme présidentiel en la matière. Composés d’officiers supérieurs et généraux, d’ingénieurs généraux de l’armement et d’industriels de l’armement, en activité ou en retraite récenteils ont rédigé un projet défense que vous n’avez manifestement pas lu et que je vous redonne en annexe de cette lettre.

Dans ses précédentes fonctions à la DGA, M. Grandjean, votre actuel conseiller industriel, qui avec MM. Heisbourg et Palomeros, coordonnaient le groupe  Défense du candidat Macronl’a obtenu, lu et analyséDifférents documents et courriels ayant fuité dans le publicet que je tiens à votre disposition, attestent que ce groupe était impressionné par la qualité du travail accompli par l’équipe Défense de ma campagne. L’équipe « Grandjean» soulignait même que leurs fiches argumentaires (leurs punchline en bon français macronien) étaient des plus faibles confrontées à la solidité de notre argumentaire.

Loin de privilégier la défense de l’indépendance nationale dont vous avez hérité, vous poursuivez l’œuvre de liquidation de notre système de défense, entreprise par bon nombre de vos prédécesseurs. Pour vous il n’est question que d’«autonomie stratégique européenne» et de« dépendance mutuelle »,jamais« d’indépendance nationale».

Vous mettez en danger les moyens de nos Armées par une loi de programmation militaire dont les finances, sa clé de voûtene sont pas garanties. Les budgets annuels de votre LPM sont en dessous de l’effort financier annuel de l’Allemagne (42,5 milliards € dès 2019) et britannique (49 milliards f en 2018/19) et ne tendront qu’en 2025 vers les 2% du PIB, c’est-à­ dire bien après la durée du mandat présidentiel.

Déjà insuffisante pour tenir notre rang en Europe, votre LPM est en outre insincère : l’augmentation obtenue sera bien vite annulée par des facteurs sur lesquels vous  n’avez aucune prise. La gestion calamiteuse de votre prédécesseur vous laisse un niveau de reports de charges qui, à plus de 3 milliards € par an, annule la légère augmentation que vous avez obtenue sur le papier. L’intégration d’une provision pour les OPEX qui elle aussi  ampute votre modeste hausse de crédits, laisse entière la question de la prise en charge interministérielle. Pourtant comme l’a rappelé l’actuel chef d’Etat-major des armées, il s’agit de « l’armée de la Nation et non l’armée du ministère des Armées ».

Vous avez délibérément sacrifié les intérêts français dans l’industrie d’armement ; sans l’exprimer de manière aussi crue que Madame Goulardvous la suivez dans les faits. Après avoir fermé les yeux sur le bradage de STX à Fincantieri pour moins de 80 millions €, vous poursuivez avec l’Allemagnepartenaire qui ne partage rien avec la France, une coopération myope.

En effet, sa doctrine est encore orientée vers un péril imaginaire à l’Est; ses interventions militaires sont limitées par un Bundestag plus prudent que votre homologue ; ses compétences technologiques demeurent  largement inférieures à celles de l’industrie d’armement  française, y compris dans les domaines des chars de combat, de l’artillerie, sans parler  des dronesavions de mission ou avions d’armes; son arrogance empêche toute gouvernance sereine comme l’histoire d’ Airbus depuis sa création l’a largement démontréVous vous illusionnez, par ailleurs, sur votre capacité à faire changer Berlin d’avis sur la question-clé  de l’exportation.

L’interdiction d’exporter à certains pays obère d’emblée toute coopérationciment de la coalition au pouvoir à Berlinelle ne pourra pas être modifiée. Votre coopération avec Berlin repose sur de tels malentendus qu’elle accouchera de crises répétées destructrices pour notre technologie et nos emplois. Enfin, vous vous apprêtez à démanteler Naval Group, champion de notre dissuasion sous-marine, en le poussant dans les bras d’un groupe italien qui ne lui apportera rien : ni technologieni marchés export, mais qui est concurrent en tout et qui a l’ambition claire de régenter le futur ensemble.

Cette alliance, quelle qu’en soit la forme future, sera déséquilibrée: d’un côté un champion national aux compétences de rang mondial et intégrées, de l’autre, un simple « coquier » dont les contrats internationaux sont plus dus à un lobbying politique efficace qu’à l’excellence de ses produits, comme on l’a vu au QatarMais en dépit de ce déséquilibrevous céderez aux Italiens la parité à laquelle ils n’ont pourtant aucun droit.

Sur la Syrie, la violence de vos propos s’inscrit malheureusement dans la continuité de la politique désastreuse suivie par les précédents gouvernements depuis 2011Ils ont choisi le camp des pays qui ont alimenté la guerre civile en Syrie en livrant massivement, dès le début, des armes et des munitions à des « rebelles » qu’il serait plus juste d’appeler « djihadistes ».

Par une attitude belliciste et manichéenne, la politique du président  Macron s’enferre dans l’erreur, en prétendant lutter contre le « régime de Bachar, mais en contribuant à l’effondrement de l’État syrien, dont les conséquences seraient lourdes pour la Méditerranée, le Proche-Orient, l’Europe et nous-mêmes. Pas plus vous-même que votre prédécesseur, aujourd’hui Ministre des Affaires étrangèresne pourrez utilement travailler à la paix et à une sortie de crise.

Madame, vous n’expliquez pas aux Français qu’il y a en Syrie une guerre civile qui a fait de nombreux morts des deux côtés, dont 80 000 morts dans l’Armée syrienne. Le faisant, vous seriez obligée de reconnaître qu’au lieu de fermer notre ambassade à Damasde nous couper de contacts très utiles dans le passéde choisir le camp des soutiens aux islamistes, la France eut mieux fait de parler à tout le monde et d’être en capacité, le moment venu, de faire œuvre utile.

En traitant l’actuel président de la République arabe syrienne “criminel”, plutôt que de vous concentrer sur la défense de laFrance en veillant au bon fonctionnement et à l’équipement de nos Arméesvous vous arrogez les fonctions de juge d’un tribunal pénal international. Mais contrairement à vousun juge écouterait toutes les parties et ne condamnerait pas sans preuves, en s’alignant sur les États-Uniscomme vous le faites. Le ridicule pour l’éternité dans lequel a sombré un certain Colin Powell en 2003 à propos des prétendues armes de destruction massive de Saddam Hussein, devrait inciter à la prudence et à la clairvoyancetant les conséquences en furent dramatiques.

Grâce au président Chirac et au panache que l’on reconnaît à M. de Villepin la France avait su garder une clairvoyante indépendance à cette époque.

Vous devriez savoirmadame le Ministre, que l’on ne défend pas le droit en violant le droit, comme le gouvernement auquel vous appartenez vient de le faire en Syrie au mois d’avril 2018.

Faute d’une véritable stratégie dans cette région cruciale pour notre pays, vous traitez les relations internationales comme la politique intérieure, par l’invective et la calomnie.

Vous en serez redevable devant le peuple français !!!