mercredi 2 mai 2018

Question écrite de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais, sur la dissolution des milices d’extrême gauche


M. Bruno Bilde interroge M. le ministre d’État, ministre de l’Intérieur sur les violences et les actes de vandalisme qui ont émaillé la manifestation du 1er mai à Paris.

En marge du traditionnel défilé1 200 individus issus de groupuscules d’extrême gauche ont semé la dévastation sur leur passagesaccageant notamment un restaurant McDonald’s, une concession automobile Renault, des commerces et brisant un grand nombre de vitrines. Ces dernières années, les mouvances radicales et violentesanarchistes et gauchistes, ont pris la détestable habitude de contaminer les mouvements sociaux. Lors des manifestations contre la loi El Khomri, les Français avaient pu découvrir un déchaînement de haine sans précédent à l’encontre de nos forces de l’ordre. A Notre-Dame-des-Landes, ce sont les mêmes éléments radicaux qui profitent de la contestation pour casser, brûler et agresser.

Aujourd’hui, l’Etat ne peut plus rester passif et accepter les razzias que se livrent ces « Black blocs » et autres organisations associées.

Ces groupuscules constituent une menace sérieuse pour notre Etat de droit et notre démocratie.

Le ministère de l’Intérieur va-t-il enfin prendre la mesure de la gravité des violences réitérées en annonçant la dissolution de ces milices d’extrême gauche ?