dimanche 24 juin 2018

Défense du patrimoine: Macron à tout bon?


Une nouvelle polémique en perspective ( ?) : Emmanuel Macron et son épouse ont  commandé une étude en vue de construire une piscine (hors-sol pour des raisons techniques) au fort de Brégançon,  situé sur  la  la commune  de Bormes-les-Mimosas (Var),  lieu de villégiature ds présidents de la  République. Le site comporte une plage privée mais le couple Macron entendrait se protéger des regards indiscrets. Il faut désormais que la réalisation de cette piscine, soumise à autorisation municipale, soit également acceptée par  les architectes des bâtiments de France, le fort de Brégançon étant classé monument historique. Un patrimoine architectural,  culturel français pour lequel Emmanuel Macron  manifeste un soin tout particulier, et pour de hautes  et nobles raisons si l’on en croit le site de France Culture qui a publié un long article sur le Loto du patrimoine (nous allons y revenir). Brice Couturier, chroniqueur sur France Culture, explique ainsi que « Macron est hanté par l’idée que la France est victime d’une crise civilisationnelle et culturelle, autant sociale et économique. Il faut donc réconcilier les mémoires nationales et restaurer une fierté nationale. Et la fierté nationale s’incarne évidemment dans nos monuments, autant que dans notre culture et langue. Donc il reçoit Vladimir Poutine au château de Versailles,  se rend au Fort de Brégançon (…), fête son anniversaire au château de Chambord (…),  visite le château de Voltaire, à Ferney-Voltaire ».  Pour autant ajoute-t-il,  « c’est toujours lié au côté économique avec Emmanuel Macron. Nous sommes une grande destination touristique dans le monde, les étrangers ne viennent pas que pour nos plages et nos installations d’art contemporain mais pour notre patrimoine. »

Une vision  qui sous-tend la décision du «  gouvernement français, (qui), sous la houlette de l’animateur Stéphane Bern », « chargé de mission sur le patrimoine »,  « vient de lancer un loto du patrimoine pour restaurer une partie du patrimoine en péril. Le jeu, organisé en septembre, devrait permettre à l’Etat de récolter entre 15 et 20 millions d’euros (…). La Fondation du patrimoine, qui œuvre à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine, a identifié environ 2 000 bâtiments en péril, puis en a sélectionné 269. » 

Parmi eux la maison (bien à son image)  du célèbre et fantasque  écrivain-voyageur et officier de marine   Pierre Loti  (1850-1923)  à  Rochefort (Charente-Maritime). Un  choix jugé malheureux par les pathétiques  commissaires politiques socialistes  de l’UEJF, de  SOS racisme,  et le (médiatiquement plus confidentiel)  Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, qui ont rappelé  les quelques saillies  anti-arméniennes et  antisémites  du célèbre écrivain  turcophile... Une polémique  balayée  par Emmanuel Macron qui a dénoncé  dans ce cas particulier  les  «combats anachroniques » de ces ligues de  vertu. A ce compte là en effet,  l’UEJF et SOS racisme seraient en droit  de  réclamer l’autodafé  de la quasi totalité des  grands écrivains français du XIXe siècle.

« Le concept du loto du patrimoine est déjà utilisé dans de nombreux pays » rappelle France Culture  et cite  « Françoise Benhamou, spécialiste de l’économie de la culture (qui)  met en garde contre une vision angélique de cette action. Il y a une politique de communication évidente autour du grand patrimoine. Cette instrumentalisation sert manifestement un soft power qui est pas inutile, c’est dans l’ADN de la politique culturelle française. Le patrimoine, c’est une représentation du pouvoir, de l’histoire, ce sont des signaux que l’on envoie.  »

Ancien directeur général de la Fondation du patrimoine et actuel  maire de Versailles  François de Mazières, « qui a fait du loto du patrimoine un combat depuis les années 2000 », craint  de son côté  « que le gouvernement en fasse un mauvais usage:  le danger, c’est la baisse des dotations consacrées au patrimoine du ministère de la Culture. Les collectivités territoriales, notamment les communes, ont vu leurs recettes complètement baisser ces dernières années, dû au fait des baisses de dotation de l’Etat. Sauf que les communes sont au premier rang pour l’entretien du patrimoine. Aujourd’hui, ce loto est un atout supplémentaire, mais il ne peut être qu’une politique d’accompagnement, parce qu’il va rapporter au mieux 20 millions d’euros. Alors que les crédits d’Etat consacrés au patrimoine chaque année sont de l’ordre de 400 millions d’eurosC’est pour cela qu’il ne faut pas que l’arbre cache la forêt….»

Un patrimoine français ajouterons-nous, qui ne bénéficie pas toujours du respect et de la mise en valeur qu’il mériteCnews  ou encore Le Parisien relayaient la fureur particulièrement déplacé du très controversé militant/romancier/ prophète à la barbe teinte  Marek Halter,   alors que « Le Mur de la Paix, dont il fut à l’initiative en 2000 avec sa femme, est menacé. La structure, située au bout du Champs-de-Mars (7e), pourrait être délogée au profit de l’implantation d’un Grand Palais éphémère. Un équipement de 14.000 m2 est à l’étude, car le musée doit être fermé pour d’importants travaux. »

Nous avions évoqué sur notre blogue  ce Mur inauguré par Jacques Chirac il ya dix-huit ans,  inspiré du « Mur des lamentations » de Jérusalem, installé à l’origine temporairement pour  trois mois.  Ce  monument   très  dégradé  est finalement demeuré à son emplacement d’origineNous avions apporté notre soutien à Rachida Dati  maire (UMP, aujourd’hui LR) du VIIe arrondissement  de Paris et collègue de Bruno Gollnisch au Parlement européen, qui jugeait  très  inesthétique et incongrue cette structure imaginée par l’architecte Jean-Michel Wilmotte. Mme Dati avait été  attaquée en justice par le couple Halter pour diffamation.  Elle invitait  ses administrés dans une pétition  à se mobiliser pour obtenir le démontage immédiat du Mur (de) pour la Paix, qui obstrue la perspective classée de l’Ecole militaire à la Tour Eiffel, en violation de la loi

Sur son blogue bien  charpenté, bien informé  et d’une lecture toujours intéressante, la tribune de l’art   Didier Rykner,  qui défend de longue date la préservation  de notre patrimoine culturel tout en s’opposant à sa marchandisation a dénoncé le 14 juin la dénaturation du Champ-de-Mars.  Ce  « n’est plus un lieu protégé mais un champ de foire. Sans compter côté École Militaire l’horrible Mur de la Paix construit sans autorisation et désormais le stupide mur  transparent  en cours de construction qui va encercler la tour Eiffel sous prétexte de terrorisme, ou l’état désastreux de ce jardin ( qui est un des endroits les plus sales de Paris (ce qui est une espèce de record).»

«Ce massacre persistant de ce qui est pourtant théoriquement un site classé, une protection qui devrait interdire toutes ces manifestations, va bientôt devenir permanent, sans même une seule interruption, pendant au moins quatre ans, avec l’installation de (…) ce   Grand Palais éphémère »  évoqué plus haut.

Notons que M.  Rykner était à l’initiative  en 2007  de  la pétition intitulée  Les musées ne sont pas à vendre, pour s’opposer notamment au projet de délocalisation du Louvre à Abou Dhabi (Emirats arabes unis). Le Monde s’en était fait l’écho, elle avait recueilli également quelques  «signatures politiques »  dont celle à l’époque  d’« un des responsables de la culture au Front National»  Mais  Didier Rykner « (avait) choisi de retirer  son nom de la liste. Mon objectif, ce n’est pas la polémique, et les gens qui m’ont fait confiance ne méritent pas ce type de récupération. »

Il est facile de lui rétorquer que les nationaux  ne récupéraient pas  plus cette pétition que les autres signataires.    Dans le combat  nécessaire pour la  la défense de notre patrimoine toutes les bonnes volontés, les bonnes  actions  sont les  bienvenues d’où qu’elles viennent.  C’est pourquoi, avec  les réserves  exprimées plus haut par certains, il faut se féliciter de cette initiative prise par Emmanuel Macron d’importer en France ce  Loto du patrimoine.

En 2015, et nous conclurons par là,  M.  Rykner ne ménageait  pas ses critiques dans Politique magazine  contre une classe  politicienne « devenue complètement inculte »,  « même si une minorité échappe à la règle », fustigeant  « des hommes politiques acculturés qui considèrent que l’histoire de l’art est superflue.  » Et bien nous rejoignons ici les preoccupations  exprimées par M.  Rykner et beaucoup d’autres. Cette acculturation est aussi une des causes profondes de la défrancisation de nos élites, qui ont perdu la contact avec le terreau culturel français  et partant,  en rupture avec une identité française sciemment défigurée qui ne sert plus pour certains que de  décor de théâtre  pour exposer un  plug anal ou un vagin géant. Et contrairement à ce que disent  nos détracteurs,  dénoncer  les escrocs/ businessmen du (non) art contemporain n’est pas se complaire dans  une  vision figée, muséale, passéiste de l’art!

Le patrimoine culturel de notre pays est le bien indivis de tous les citoyens. A nous de transmettre, d’enrichir cet héritage civilisationnel,  de nous en inspirer aussi ,  afin d’être dans ce domaine  également, dans la chaîne des générations qui se succèdent,    « non pas des maillons de cire mais des maillons d’acier » selon la belle et  forte  formule du pas toujours très recommandable   Mustapha Kémal

Le 22/06/2018