jeudi 21 juin 2018

Franchissons le Rubicon !


Le gouvernement espagnol  a fait le choix d’ accueillir les 630 immigrés clandestins embarqués vers l’Europe à bord de l’Aquarius...mais pas de les garder?  Il a fait savoir lundi, au lendemain de leur arrivée dans le port de Valence,  que la moitié d’entre eux souhaite demander l’asile en France. Des membres de  l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) vont se rendre en Espagne pour étudier  les doléances de ces clandestins. C’est également lundi que Donald Trump a choisi d’appuyer   là ou ça fait mal, en  faisant  de nouveau la leçon à  Angela Merkel : « Le peuple allemand, a-t-il écrit sur les réseaux sociaux,  est en train de se retourner contre ses dirigeants alors que l’immigration secoue la coalition déjà fragile de Berlin. La criminalité en Allemagne est  en forte  hausse. Grosse erreur dans toute l’Europe que de laisser entrer des millions de personnes qui ont si fortement et violemment changé leur culture ! » Difficile de lui donner tort sur ce point, c’est bien la chancelière allemande qui a dramatiquement créé un appel d’air en  ouvrant follement  les vannes de la submersion migratoire, message reçu fort et clair par des millions de candidats au départ vers leldorado européen

Le président américain, qui ne manque décidément  jamais une occasion d’énerver Angela Merkel ,  réagissait dans le contexte bien particulier de la crise qui secoue la  fragile coalition au pouvoir à Berlin. Le très bruxellois quotidien Les Echos le note,  «C’est un  cadeau  empoisonné : les alliés de droite (de la CSU, NDLR)  de la coalition gouvernementale d’Angela Merkel lui ont donné, lundi, deux semaines (jusqu’au sommet européen du 28 juin, NDLR)   pour négocier une solution européenne au défi migratoire, faute de quoi le ministre de l’Intérieur (Horst Seehofer, très hostile à l’immigrationisme de Mme Merkel,  NDLR) décrétera une fermeture des frontières  en juillet ».

«Une décision en forme de défi à l’autorité de la chancelière  (…) le parti bavarois CSU veut imposer un tour de vis à la politique d’immigration nationale à l’approche de difficiles élections régionales en Bavière en octobre face à l’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Son objectif : refouler dorénavant tous les migrants à la frontière qui ont déjà été enregistrés dans un autre pays de l’UE, le plus souvent l’Italie ou la Grèce, ce qui correspondrait à la quasi-totalité des demandeurs d’asile arrivant en Allemagne. La chancelière centriste (…)  a refusé catégoriquement toute fermeture  automatique  de l’Allemagne aux demandeurs d’asile,même en cas d’échec au niveau européen. Elle redoute qu’un tel cavalier seul ne crée le chaos en provoquant un effet de dominos, et n’obère toute chance d’une solution européenne négociée et d’un système d’asile partagé.  Il s’agit d’un défi européen qui nécessite une réponse européenne , a-t-elle dit ce week-end, prévenant que la  cohésion de l’Europe  était en jeu.»

Cette analyse de Mme Merkel est révélatrice de  son aveuglement , mais aussi de la  lâcheté (ou de la duplicité) de nos élites mondialisées voire mondialistes qui ne comprennent pas (?) que la cohésion de l’Europe  sera  balayée,  et définitivement pour le  coup, si les flux migratoires ne sont pas jugulés, maîtrisés, inversés…et non pas dispersés par quotas entre les différents pays de l’UE.  La chancelière n’est jamais qu’au diapason des nombreux Allemands (et hélas de beaucoup de Français et d’Européens)  qui ont été intelectuellement castrés, qui ont   appris dés la petite école  la haine de soi, de leur culture, de leur  filiation,  de leur Histoire.  Ce qui fait que    toute tentative de préservation et de transmission d’une identité enracinée   est  assimilée  par les (ré)éducateurs progressistes, gauchistes ou mondialistes comme un retour  auxheures les plus sombres de la folie hitlérienne.

Certes,  la réunion bilatérale entre une Angela Merkel très affaiblie  et un  Emmanuel Macron plus fédéraliste que jamais et expert en enfumage  qui s’est déroulée hier dans la proche banlieue de Berlin à Meseberg  a  eu (notamment)  pour objet d’améliorer la lutte contre l’immigration clandestine. Et ce dans le cadre de la préparation du prochain  sommet européen, avec le souhait affiché de renforcer Frontex, l’agence en charge de la surveillance des frontières de l’UE. Mais il a été annoncé également la création d’un  Bureau européen  qui aurait vocation à harmoniser (dans quel sens?)   les règles sur l’asile des immigrés  au sein de l’Union. Quand on sait l’hostilité des peuples  de notre continent, mais aussi d’ores et déjà  le refus formel  des gouvernements autrichien, danois,  italien, slovaque, hongrois, polonais, tchèque d’accueillir toute immigration extra-européenne  supplémentaire, nous attendons avec impatience les résultats pratiques de cette cogitation du couple franco-allemand…

Les cartes sont en tout cas rebattus constate Bruno Gollnisch,  depuis les succès électoraux rencontrés ces derniers mois par les   nationaux, les (vrais)  conservateurs, les populistesdans un grand nombre de pays européens. La semaine dernière, le jeune chancelier autrichien Sebastian Kurz (qui va prendre la présidence tournante de l’UE au prochain semestre) se félicitait  des vœux des ministres de l’intérieur autrichien, allemand et italien de travailler en commun pour juguler les flux migratoires illégaux.  « A notre avis il faut un axe des volontaires dans la lutte contre l’immigration illégale » a déclaré M. Kurz.  « Des efforts sont en cours pour créer en dehors de l’Europe des centres de protection où nous pourrons héberger les réfugiés, offrir une protection mais pas une vie meilleure en Europe centrale. C’est un projet sur lequel nous travaillons avec un petit nombre d’Etats de façon très confidentielle (…).  pour en accroître la faisabilité. »

Il n’en fallait pas plus pour faire hurler tous les habituels humanistes/antiracistes autoproclamés, L’Humanité se signalant un nouvelle fois par ses outrances  en relatant cet accord en gestation: « Elles sont bien brunâtres, les eaux du Rubicon qu’entendent franchir les droites et extrêmes droites européennes. (…) Pour Kurz  (…) en coalition avec les ultras du FPÖ, toujours imprégnés ouvertement d’idéologie nationaliste grand-allemande, l’axe  est bien commode. Associé dans l’imaginaire collectif à la politique de fer de l’alliance des fascismes européens, il renvoie à une intransigeance de tous les instants aux yeux de l’opinion pour contrer l’immigration et la contenir hors des frontières de l’UE, en conformité avec la campagne xénophobe qui permit au jeune loup conservateur d’accéder au pouvoir. »

Peu ou prou la logorrhée des   ultra-libéraux,  des  propagandistes transnationaux qui jouent la carte d’une  l’immigration massive dont,  faut-il le rappeler, les catégories populaires sont les première victimes.  Ce qui ne semble pas émouvoir les altermondialistes et autres  dirigeants de La France Insoumise, qui ne cessent d’appeler à l’accueil des clandestins autant par idéologie que pour conserver le vote des minorités plurielles. 

Alors stop ou encore?   Les Français ne devront pas hésiter à choisir leur camp, à  franchir le Rubicon,   il en va de leur avenir, et ce dés les prochaines élections européenne

Le 20/06/2018